Kurdistan irakien : Une situation explosive après le referendum d’auto-détermination

Dimanche 15 et lundi 16 octobre dernier, des milliers d’habitants kurdes ont fui la ville de Kirkouk vers Erbil et Souleymanieh, face à l’avancée des forces armées irakiennes.

L’armée irakienne  annonce avoir repris la plupart des installations aux alentours de la ville de Kirkouk qui s’avère être l’un des centres économiques irakiens les plus stratégiques du fait de ses importantes infrastructures pétrolières.

C’est dans la soirée du dimanche 15 octobre, que le premier ministre irakien Haïder Al-Abadi donne aux forces armées de marcher sur Kirkouk afin de « sécuriser » les installations fédérales qui y sont présentes. Il met ainsi fin à l’ultimatum lancé contre le gouvernement autonome du Kurdistan lui demandant de retirer les troupes peshmergas des « zones grises » abandonnées aux Kurdes en 2014 face aux percées fulgurantes de l’État Islamique.

Cet ordre s’inscrit dans la continuité des mesures répressives annoncées par le gouvernement irakien après le référendum d’auto-détermination qui s’est tenu le 25 septembre 2017 dans la région autonome du Kurdistan. La Cour Suprême irakienne le déclarant inconstitutionnel et l’opposition de la communauté internationale n’ont pas empêché les 72 % de participation et les 92,73% des voix en faveur de l’indépendance. Turquie et Iran en tête, les Etats-Unis eux-mêmes ayant appelé à y renoncer.

Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan, avait annoncé que la victoire du « oui » ne serait pas immédiatement suivie d’une déclaration d’indépendance mais marquerait surtout le début de « discussions sérieuses » avec le pouvoir central.

Le premier ministre irakien a lui refusé toute négociation tant que les résultats du référendum ne seraient pas annulés. Autre prérequis pour les négociations, le gouvernement central a aussi exigé de faire passer les deux aéroports régionaux (à Erbil et Souleymanieh) sous le contrôle des autorités fédérales irakiennes. Le gouvernement kurde ayant refusé de répondre à cette sommation, Bagdad a annoncé la suspension des vols internationaux vers et depuis le Kurdistan à partir du vendredi 13 octobre.

Un tribunal de Bagdad a ordonné mercredi 11 octobre l’arrestation du président et de deux membres de la commission ayant organisé le scrutin. La justice avait été saisie par le conseil de la sécurité nationale, présidé par le premier ministre Haïder Al-Abadi. Les trois responsables kurdes sont de fait dans l’incapacité de circuler hors de la région autonome alors qu’ils devaient notamment se rendre à Bagdad pour tenter d’entamer les négociations.

Le refus de Barzani d’annuler les résultats du référendum a causé la colère du gouvernement central irakien et de différents chefs d’Etat au Proche-Orient dont le président turc Recep Tayyip Erdogan qui craint que les velléités indépendantistes du Kurdistan irakien n’influencent la communauté kurde de Turquie. Il a donc menacé le gouvernement kurde de blocus économique alors que celui-ci dépend majoritairement du commerce turc pour son approvisionnement, la frontière iranienne étant déjà fermée depuis le début des tensions.

Le gouvernement régional kurde appelle une mobilisation de la communauté internationale face au déploiement de l’armée irakienne alors qu’Erbil n’a cessé de solliciter des négociations avec le gouvernement central irakien.

Isolé face aux puissances proche-orientales, abandonné par la communauté internationale et notamment les États-Unis qui refusent de reconnaître le référendum, l’avenir du Kurdistan irakien indépendant semble plus que jamais incertain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s